Séisme politique à Marseille avec la démission annoncée de la maire Michèle Rubirola


Marseille bascule de nouveau dans l'incertitude mardi: Michèle Rubirola, première femme maire de la deuxième ville de France, va démissionner pour raisons de "santé" a annoncé le chef de son parti, avec en perspective de nouvelles tractations politiques pour sa succession. Moins de six mois après son élection sur une liste d'union de la gauche, le Printemps marseillais, Michèle Rubirola, 64 ans, va démissionner "pour question de santé", a indiqué à l'AFP Julien Bayou, chef de file d'Europe Ecologie les verts (EELV), le parti de la maire de Marseille, confirmant une information révélée par plusieurs médias à la mi-journée. Mme Rubirola doit s'exprimer mardi à 16H00 devant la presse à l'issue d'une "réunion importante" de sa majorité, a annoncé la mairie dans un communiqué et des sources au sein de l'équipe municipale. Dans son entourage, une source confie à l'AFP qu'il ne s'agit pas de luttes entre le premier adjoint et la maire. Sa démission, qui doit être acceptée par le préfet, devrait entraîner un nouveau vote du conseil municipal pour lui choisir un ou une successeur(e). Un exercice périlleux pour la toute nouvelle majorité de gauche, qui avait réussi à ravir la mairie à la droite après 25 ans de règne de Jean-Claude Gaudin (LR). La démission du maire d'une grande ville en cours de mandat - hormis nomination à de plus hautes fonctions - n'est pas une première mais est en général liée à une mise en cause par la justice.


Reuters/AFP


5 views