Son compte Twitter suspendu, Trump plus seul que jamais


Le réseau social a frappé un grand coup en annonçant suspendre "de façon permanente" le compte du président républicain, caisse de résonance du Trumpisme et outil sur lequel il a bâti son ascension politique. Après avoir suspendu son compte durant 12 heures mercredi 6 janvier, Twitter a dit prendre cette mesure inédite face au "risque de nouvelles incitations à la violence".


Reclus dans la Maison Blanche, lâché par nombre de ténors républicains, c'est justement d'un tweet, laconique, qu'il avait plus tôt annoncé qu'il n'assisterait pas, contrairement à la tradition, à la cérémonie d'investiture de son successeur.


Certains de ses détracteurs estiment que le plus simple serait que le 45e président se taise et laisse de facto le vice-président Mike Pence aux commandes jusqu'au 20 janvier. Les dirigeants démocrates ont eux exhorté Mike Pence à déclarer que Donald Trump était "inapte" à remplir ses fonctions, sur la base du 25e amendement de la Constitution. Mais le vice-président n'y est pas favorable parce qu'il craint d'aggraver les tensions.


Dans ce contexte, des élus démocrates à la Chambre des représentants se préparaient eux à présenter, possiblement dès lundi, des articles de mise en accusation. Pour destituer Donald Trump, il faudrait ensuite qu'il soit jugé coupable par les deux tiers du Sénat, ce qui n'a aucune chance de se produire avant la prestation de serment de Joe Biden, le 20 janvier. Reste qu'un second "impeachment", après l'échec d'un procès en destitution début 2020, laisserait une marque indélébile sur son bilan: aucun président américain n'a subi cette infamie.


Reuters/AFP

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain