Tempête sur l'IEP de Grenoble: des professeurs accusés d'islamophobie


Cette dernière, ouverte ces dernières heures par le parquet pour "injure publique" et "dégradation", est le dernier épisode d'une polémique autour d'un cours sur l'islam en France et de la préparation d'une "Semaine de l'égalité" contre les discriminations.Un malaise qui s'est cristallisé jeudi 4 mars quand des étudiants ont placardé à l'entrée de l'institution des affichettes indiquant: "Des fascistes dans nos amphis. L'islamophobie tue". Le tout accompagné du nom de deux professeurs et relayé en photo par des syndicats étudiants sur les réseaux sociaux. Un cours intitulé "Islam et musulmans dans la France contemporaine", dont le professeur en charge, est visé par l'affichage sauvage, est dans le collimateur de l'Union syndicale Sciences Po Grenoble (US) - le premier syndicat étudiant de l'IEP.Dans un appel sur Facebook le 22 février, le syndicat avait demandé des témoignages d'étudiants sur d'éventuels "propos problématiques" qui y auraient été tenus, sans nommer l'enseignant. L'Unef, dont la branche grenobloise a aussi relayé ces affiches sur les réseaux sociaux, a reconnu dimanche 7 mars une initiative "maladroite et dangereuse" dans un communiqué, réaffirmant "son opposition à toute haine, à tout lynchage public et son attachement à la liberté d'expression".“votre opinion nous intéresse”.Contactée par l'AFP, la direction de l'établissement n'avait toujours pas réagi à ces informations dimanche.


Reuters/AFP


4 views