Thaïlande: plus de 10.000 manifestants continuent de braver l'interdiction de rassemblement


Plus de 10.000 manifestants pro-démocratie bravaient samedi 17 octobre, pour la troisième journée consécutive, l'interdiction de rassemblement à Bangkok, sur fond de tensions croissantes avec la police qui a utilisé la veille pour la première fois des canons à eau pour disperser les contestataires. Les protestataires ont décidé samedi de se réunir sur trois sites différents, hors du centre ville. Des centaines de militants, des jeunes pour la plupart, étaient rassemblés sur une grande intersection dans le nord de la mégalopole. "Prayut va te faire foutre!", scandaient-ils, en levant trois doigts, un geste de résistance emprunté au film "Hunger Games". De l'autre côté de la rivière Chao Phraya, près d'un millier de personnes criaient "Vive le peuple, à bas la dictature!". Enfin, dans le sud-est de la ville, les contestataires ont réussi à stopper la circulation, saluant aussi des 3 doigts. Le mouvement, des étudiants pour la plupart, réclame la démission du Premier ministre, Prayut Chan-O-Cha, et ose demander une réforme de la puissante et richissime monarchie, un sujet tabou dans le pays. Le roi Maha Vajiralongkorn n'a pas directement commenté les événements en cours, mais a déclaré à la télévision publique: la Thaïlande a "besoin d'un peuple qui aime son pays, d'un peuple qui aime l'institution" que représente la monarchie. Aux tensions politiques s'ajoute une grave crise économique. Tributaire du tourisme et verrouillée depuis la pandémie de coronavirus, la Thaïlande est en pleine récession avec des millions de personnes sans emploi.


Reuters/AFP

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain