Tourisme: Marseille craint une “surfréquentation” cet été


Il faut amplifier les moyens dévolus à l'accueil des touristes et réduire ceux dévolus à la promotion de la ville", a insisté l'adjoint au maire au Tourisme durable, Laurent Lhardit, lors d'une visioconférence, en regrettant que l'office métropolitain du tourisme (OMT) ait prévu de dédier "plus d'un million d'euros à des opérations de publicité ou pour des salons" afin de vendre la destination marseillaise. Pour la municipalité, la priorité devrait être mise sur l'accueil et l'information des touristes. Et face à ce problème de la surfréquentation des mois de juillet et août, l'OMT a développé des parcours touristiques alternatifs dans la ville, pour éviter les sempiternels sites de Notre-Dame de la Garde et des Goudes, le dernier quartier au sud de Marseille, à l'entrée des calanques, a insisté M. Thepot. S'attendant à une fréquentation équivalente voire supérieure à celle de l'été 2020, quand Marseille avait largement bénéficié d'un tourisme franco-français en raison de l'épidémie de Covid-19, la municipalité espère détourner les visiteurs des calanques ou de la "Bonne Mère", "ces points chauds qu'il faudrait tiédir", a expliqué M. Lhardit. Courant mai, la ville va présenter un projet, baptisé "L'Eté marseillais", qui détaillera des mesures destinées à gérer cet afflux saisonnier. Si depuis le 1er janvier l'OMT est géré par la métropole Aix-Marseille-Provence et non plus la ville, "c'est bien la ville qui reste l'autorité organisatrice de la saison touristique à Marseille", a insisté l'élu. Face à la surfréquentation touristique, le Parc national des calanques, qui inclut plusieurs des calanques de Marseille, a déjà entamé cette année une cure de "démarketing", afin notamment d'encourager les visiteurs à aller voir d'autres espaces naturels proches.



AFP/Reuters


3 views