Trump autorise son administration à entamer la transition


Donald Trump a autorisé lundi l’administration américaine à entamer le processus de transition pour le président élu Joe Biden, lui donnant accès à des fonds et des compte-rendus, alors même que le président sortant a promis de continuer à contester les résultats de l’élection présidentielle du 3 novembre.


L’actuel locataire républicain de la Maison blanche dénonce sans preuve une vaste fraude électorale. S’il n’a toujours pas reconnu la victoire de son rival démocrate, l’annonce effectuée lundi constitue un virage et ce qui se rapproche jusqu’à présent le plus d’un aveu de défaite. Les démarches juridiques de la campagne Trump pour inverser les résultats dans des Etats clés ont presque toutes échoué, et un nombre croissant de républicains ont exhorté le président sortant à permettre que la transition débute.


Depuis que Joe Biden a été donné vainqueur le 7 novembre de l’élection présidentielle, les détracteurs ont accusé Donald Trump de nuire à la démocratie américaine et à la capacité de la future administration de lutter contre l’épidémie de coronavirus en refusant d’accepter les résultats du scrutin. Les services généraux de l’administration américaine (GSA) ont fait savoir lundi à Joe Biden qu’il pouvait formellement débuter le processus de transition. Dans une lettre, la directrice des GSA, Emily Murphy, a déclaré que le président élu et son équipe avaient désormais accès à des ressources qui étaient jusque-là bloquées du fait de procédures juridiques contestant les résultats du scrutin.


Le feu vert des GSA était nécessaire pour que l’équipe de Joe Biden puisse disposer de fonds et d’accès fédéraux d’ici à son investiture le 20 janvier prochain. Le président élu et la vice-présidente élue Kamala Harris devraient aussi recevoir les compte-rendus de sécurité nationale transmis à Donald Trump. Les GSA avaient fait savoir plus tôt ce mois-ci qu’Emily Murphy, nommée par Donald Trump en 2017, approuverait formellement le début de la transition lorsque le vainqueur de l’élection présidentielle serait clair. La loi de 1963 sur la transition présidentielle (“Presidential Transition Act”) ne fixe pas précisément aux GSA une date butoir pour agir. Cependant, les GSA engagent traditionnellement la transition dès que les principaux groupes de presse américains déclarent un vainqueur.


Reuters/AFP

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain