Une cathédrale indonésienne visée par un attentat suicide


Au moins 14 personnes ont été blessées dimanche dans un attentat suicide qui a visé la cathédrale de Makassar, dans l'est de l'Indonésie, après la messe des Rameaux, célébration qui marque pour les Chrétiens le début de la Semaine Sainte. L’extérieur de l'édifice du sud de l'île de Célèbes était jonché de morceaux de corps humains à la suite de cette puissante déflagration qui s'est produite vers 10H30. La police a affirmé qu'un agent de sécurité avait tenté d'empêcher la moto d'entrer dans le périmètre de la cathédrale du Sacré-Coeur-de-Jésus, siège de l'archidiocèse de Makassar juste avant la déflagration, qui est intervenue après la fin de la messe. Le dimanche des Rameaux marque l'entrée de Jésus Christ dans Jérusalem, selon la tradition chrétienne, au début de la Semaine Sainte conduisant à Pâques. De nombreux véhicules étaient endommagés près du complexe de la cathédrale, autour duquel la police établissait un cordon de sécurité, selon un photographe de l’AFP sur place. Les églises ont par le passé été la cible d'extrémistes en Indonésie, qui est le pays à majorité musulmane le plus peuplé au monde. Les attaques étaient liées au mouvement radical Jamaah Ansharut Daulah (JAD), qui soutient le groupe Etat islamique (EI), et revendiquées par l’EI. La tradition de tolérance de l'Indonésie a été mise à l'épreuve ces dernières années par un développement des courants islamiques conservateurs, voire extrémistes, et les minorités religieuses, chrétiennes mais aussi bouddhistes et hindoues s'inquiètent pour la coexistence religieuse.


Reuters/AFP