USA: le ministre de la Justice n'a pas "vu de fraude" pouvant changer le résultat de l'élection


Le ministre américain de la Justice Bill Barr a déclaré mardi ne pas avoir constaté "de fraude" suffisante pour invalider la victoire de Joe Biden à la présidentielle, contrairement aux affirmations de Donald Trump. Cet ultra-conservateur de 70 ans est le premier membre de la garde rapprochée du président à prendre ses distances publiquement avec les allégations d'élection "truquée" martelées par M. Trump.


"Je suppose qu'il sera le prochain à être limogé puisque, lui aussi, dit désormais qu'il n'y a pas eu de fraude", a déclaré le chef des sénateurs démocrates Chuck Schumer. Quatre semaines après le scrutin, Donald Trump refuse toujours de concéder sa défaite. Avec ses alliés, il a introduit des dizaines de recours en justice qui, pour la plupart, ont été rejetés par les tribunaux ou abandonnés..


Ce pilier du gouvernement, très apprécié des élus républicains, s'était gardé jusque-là de contredire le président et avait même, avant l'élection, abondé en son sens, en mettant en cause la fiabilité du vote par correspondance. Début novembre, il avait autorisé les procureurs fédéraux à enquêter sur des soupçons de fraude sans attendre la certification des résultats par les Etats, contrairement aux usages. Mais il les avait appelés à intervenir uniquement en cas d'allégations "substantielles" et "crédibles".


Ses déclarations représentent donc un coup particulièrement dur pour Donald Trump. Dans un communiqué, les avocats du président ont cherché à les minimiser. "Avec tout notre respect pour l'Attorney General, il n'y a eu aucun semblant d'enquête au ministère de la Justice", ont écrit Rudy Giuliani et Jenna Ellis dans un communiqué.


Reuters/AFP

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain