Venezuela: Maduro installe son pouvoir au Parlement, l'opposition se réunit en Assemblée parallèle


Le parti du président vénézuélien Nicolas Maduro s'est installé mardi aux commandes du Parlement, unique institution jusqu'alors aux mains de l'opposition qui a réuni une assemblée parallèle car elle ne reconnaît pas le verdict des urnes selon elle entouré de "fraude". Malgré une abstention record de 70% et le rejet des résultats par une majeure partie de la communauté internationale, les députés du Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV) et de ses alliés occupent désormais 256 des 277 sièges du Parlement unicaméral. Entourés d'une forte présence policière, ils sont entrés mardi dans l'hémicycle en brandissant des portraits du héros révolutionnaire Simon Bolivar (1783-1830) et du défunt président vénézuélien Hugo Chavez (1999-2013), qui ont été accrochés sur les murs de l'enceinte. Reconnu par plus de cinquante pays comme président par intérim du Venezuela, le chef de l'opposition Juan Guaido a promis de résister et d'assurer la continuité des travaux des parlementaires élus en 2015 jusqu'à ce qu'aient lieu "des élections présidentielle et parlementaires libres". Mardi, le Parlement sortant s'est réuni à Caracas dans un lieu non divulgué "pour raison de sécurité" et Juan Guaido a de nouveau prêté serment en tant que président de l'Assemblée. Cependant, selon le politologue Jesus Castillo-Molleda, cette assemblée parallèle "n'a pas de fondements légaux constitutionnels". Pour le directeur de l'institut de sondage Datanalisis, Luis Vicente Leon, l'opposition et Juan Guaido espèrent par son biais continuer à recevoir "un soutien international". Le président américain sortant Donald Trump a été le principal allié de M. Guaido. Sous son administration, la Maison Blanche a imposé de lourdes sanctions financières au Venezuela et à sa compagnie pétrolière d'Etat PDVSA pour tenter d'évincer Nicolas Maduro du pouvoir.


Reuters/AFP

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain