Vers une nouvelle Constitution ? Les Chiliens votent par référendum


Pour ou contre un changement de Constitution: les Chiliens votent dimanche par référendum, un an après l'éclatement d'un soulèvement social d'une ampleur inédite qui a remis en cause le modèle économique ultra-libéral accusé de bénéficier seulement aux plus riches.


Les 14 millions d'électeurs appelés à voter dimanche devront répondre à deux questions: "Souhaitez-vous une nouvelle Constitution?" et "Quel organe devra rédiger la nouvelle Constitution?". Ils pourront choisir entre une "Convention mixte constitutionnelle" composée de citoyens élus et de parlementaires, et une "Convention constituante" formée uniquement de citoyens.


Pour les partisans du "Apruebo" (J'approuve), essentiellement dans l'opposition du centre et de la gauche, une nouvelle Constitution lèverait un obstacle essentiel à de profondes réformes sociales, dans un des pays parmi les plus inégalitaires d'Amérique latine. Les défenseurs du "Rechazo" (Je rejette), qui rassemblent les partis les plus conservateurs, estiment qu'il est possible d'introduire des changements dans le texte fondamental, sans le remplacer, garant selon eux ces dernières décennies de la stabilité du Chili. Selon les derniers sondages, le "Apruebo" l'emporterait avec un score situé entre 60 et 75% des suffrages.


"Le premier objectif de ce processus constitutionnel est de sortir de l'ombre de la dictature de Pinochet (...)”, explique à l'AFP Marcelo Mella, politologue de l'Université de Santiago. Le deuxième objectif est de "pouvoir résoudre par des moyens politiques et pacifiques les problèmes devenus structurels et qui paralysent le fonctionnement de la démocratie chilienne", tels que l'inégalité et l'exclusion. La crise a été nourrie par la colère de la population provoquée par la déconnexion des élites face au quotidien difficile du plus grand nombre, et a pris de court l'ensemble de la classe politique.


Reuters/AFP