Victorieux de Trump, Biden promet de rassembler l'Amérique


Joe Biden a promis samedi 7 novembre d'être le président qui unifiera l'Amérique, après quatre années de tumulte et de divisions, célébrant dans sa ville de Wilmington "une victoire convaincante" face à Donald Trump. Quelques heures après l'annonce des résultats de l'élection, devant une foule en liesse rassemblée en "drive-in", le démocrate a appelé les Américains à ne plus traiter leurs "opposants comme des ennemis". "Je m'engage à être un président qui rassemble et non pas qui divise", a-t-il lancé lors d'un discours enflammé. Élu à 77 ans, il sera le président le plus âgé de l'histoire des Etats-Unis au début de son mandat, en janvier. Son élection met fin à une séquence politique inédite qui a secoué l'Amérique et le monde. Après quatre jours de suspense, l'ancien vice-président de Barack Obama a franchi le seuil "magique" de 270 grands électeurs. Un tir de feu d'artifices a conclu la soirée, le nombre "46" s'inscrivant dans le ciel de Wilmington: Joe Biden va devenir le 46e président des Etats-Unis. Sa colistière Kamala Harris entrera elle dans l'Histoire en devenant la première femme à accéder à la vice-présidence. Toute vêtue de blanc, en hommage aux suffragettes, elle a affirmé samedi qu'elle ne serait "pas la dernière". La date de la passation de pouvoir est inscrite dans la Constitution: le 20 janvier. D'ici là, les Etats certifieront leurs résultats, et les 538 grands électeurs se réuniront en décembre pour formellement désigner le président. Donald Trump, dont le mandat s'achèvera le 20 janvier, n'a, à ce stade, pas reconnu sa défaite. Dans un message épinglé comme "trompeur" par Twitter, il a au contraire continué à revendiquer une victoire qui lui aurait été volée.Il a accusé Joe Biden de se "précipiter pour se présenter faussement" en vainqueur. Rien n'oblige le président républicain à le faire formellement, mais admettre sa défaite fait partie de la tradition à Washington. M. Trump a dès mardi soir adopté une posture très belliqueuse, promettant une véritable guérilla judiciaire.


Reuters/AFP