Yémen: frappes de la coalition dirigée par Ryad sur la capitale sous contrôle rebelle


Ces attaques de drones n'ont pas été revendiquées mais l'agence officielle saoudienne SPA a accusé les rebelles Houthis, qui ont multiplié les tirs contre le royaume saoudien ces dernières semaines et menacé de nouvelles attaques. Parallèlement, les rebelles ont repris leur offensive contre la ville pétrolière de Marib, dernier bastion du nord du Yémen encore aux mains des loyalistes. Les raids aériens ont provoqué d'énormes explosions à Sanaa, envoyant des colonnes de fumée dans le ciel, ont constaté un correspondant et un photographe de l'AFP. Les Houthis ont fait état de sept frappes aériennes sur la capitale. Ces raids surviennent après l'annonce par la coalition de l'interception en Arabie saoudite de 12 drones lancés dimanche contre le royaume, dans ce qui constitue une escalade des attaques contre le territoire saoudien. Selon la coalition, qui soutient militairement le gouvernement yéménite depuis 2015 dans sa guerre contre les rebelles, les drones étaient dirigés contre des cibles "civiles".Samedi, des sources militaires gouvernementales ont fait état d'au moins 90 combattants tués des deux côtés en 24 heures dans des violents affrontements à Marib. Les Houthis tentent d'arracher cette ville stratégique depuis un mois aux forces loyalistes soutenues par l'aviation saoudienne. Les rebelles sont soutenus eux par l'Iran, grand rival région de Ryad. Mais Téhéran dément fournir des armes aux Houthis.“votre opinion nous intéresse”.


Reuters/AFP