Yémen: l'ONU réclame avec virulence l'annulation d'une décision de Trump


Les Etats-Unis doivent "annuler" leur récente décision de classer les Houthis comme "terroristes", sauf à voir au Yémen une famine à très grande échelle jamais vue depuis près de 40 ans, ont affirmé jeudi 14 janvier avec virulence au Conseil de sécurité plusieurs hauts responsables de l'ONU. "Qu'est-ce qui l'empêcherait? Une annulation de la décision" qui entrera en vigueur le 19 janvier, a affirmé le secrétaire général adjoint de l'ONU pour les Affaires humanitaires, le Britannique Mark Lowcock, en estimant que des dérogations pour les ONG délivrant l'aide humanitaire, promises par Washington, ne limiteront pas le risque de vaste famine. La décision dimanche 10 janvier de l'administration républicaine sortante de Donald Trump de désigner les Houthis comme "terroristes", une mesure qui débutera à la veille de l'investiture du président élu démocrate, a été saluée par l'Arabie saoudite qui combat ces rebelles yéménites. Elle a en revanche été vivement critiquée par l'Union européenne, les ONG, et des parlementaires démocrates qui ont appelé Joe Biden à revenir sur cette décision dès son entrée en fonctions. Outre le blocage de l'aide humanitaire, la décision américaine va entraver le processus de négociations politiques pour résoudre le conflit, ont averti les responsables des Nations unies lors d'une visioconférence du Conseil de sécurité. C'est la première fois que l'ONU, d'habitude précautionneuse dans ses déclarations sur les Etats-Unis, premier contributeur financier de l'Organisation, s'en prend aussi clairement et vivement à une décision de l'administration américaine sortante. Si elle est appliquée, la décision américaine risque de paralyser l'acheminement de l'aide humanitaire en s'opposant aux contacts avec des responsables Houthis, à la gestion des impôts, l'utilisation du système bancaire, le paiement du personnel médical ou l'achat de nourriture et pétrole. Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, soutient "bien sûr" cette demande faite aux Etats-Unis de retrait de leur décision concernant les Houthis, a indiqué lors de son point-presse quotidien son porte-parole, Stéphane Dujarric. Mark Lowcock a aussi fait un appel pressant aux dons afin de financer l'aide humanitaire au Yémen.


Reuters/AFP