19_Spring_Kelly_Saving-Democracy.jpg

Conférences lycéennes

Il n'y a pas de contrôle de l'information sur les réseaux sociaux: tout le monde en étant créateur et distributeur potentiel. Alors que l’information est un enjeu de société, la liberté absolue des réseaux sociaux doit nous interpeler car les jeunes y passent déjà en moyenne plus d’une heure et demie par jour. C'est sans compter les nouvelles dynamiques. TikTok affirme que ses utilisateurs passent en moyenne 52min par jour sur l'application. Pendant ce temps, ils sont assaillis par des messages, qui les influencent indéniablement. ​

 

Comment faire face aux discours idéologiques, aux fake-news, aux narratifs liberticides et anti-démocratiques? Utilisateurs de plus en plus jeunes des smartphones, les lycéens doivent être formés à exercer leur esprit critique, comprendre que derrière chaque publication il y a un messager avec une finalité et que les algorithmes façonnent notre façon de percevoir et d'interpréter le monde.

 

Bref, une démocratie ne peut survivre que si ses citoyens sont informés et donc si la jeunesse est dotée d'outils lui permettant de vérifier, filtrer et questionner le contenu auquel elle est confrontée. C'est pourquoi avec notre communauté d'étudiants universitaires, présents dans 30 villes à travers la francophonie, nous aspirons à développer un cycle de conférences autour de l'enjeu de l'information sur les réseaux sociaux à destination des lycéens.

phpAwHdzp.jpg

Les réseaux, rois des news

Où s'informent les jeunes?

75% des 18-24 ans s'informent sur Internet, 46% en priorité sur les réseaux, avec seulement 39% qui consultent également le site source du média.

Méfiance généralisée...

Mais la fake-news est championne de l'engagement (likes/partages)

Seulement 37% des français font confiance aux médias, alors que 44% des français estiment être confrontés à une fake-news chaque semaine. 20% des déclarations politiques sont estimées être fausses mais représentent 69% de l'engagement sur ce type des publications. 

1.png
phpAwHdzp.jpg

Que faire?

Peu de choix à l'horizon

La solution la plus simple serait de censurer la "mauvaise" information. Cependant, ce serait la pire des options, puisque d'innombrables questionnements éthiques en seraient inévitablement soulevés, tels que la légitimité d'une personne pour censurer une information, ou les moyens mis en oeuvre pour l'exercer. Elle présuppose que les individus n'aient la capacité d'exercer un esprit critique et de faire la part des choses. Enfin, la censure serait la négation de l'Homme rationnel, responsable et souverain, lui reniant le droit de réfléchir par lui-même et de se fonder sur son propre jugement.

 

Ainsi, la seule solution respectant notre héritage et notre philosophie humaniste et démocratique est la voie la plus complexe. Parfois la bonne voie n'est pas la plus facile: il nous faut former les jeunes à utiliser une boite à outils de l'esprit critique et informer sur l'enjeu de l'information, tout comme les enjeux de sociétés contemporains. La Revue [DEMOS] s'engage à pouvoir proposer sur tous les réseaux une source d'information apartisane, sourcée et vérifiée.

Former et Informer

Avec La Revue [DEMOS]

Avec nos 400 bénévoles présents dans plus de 30 villes, La Revue [DEMOS] est une communauté engagée dans la société, fondée sur un fonctionnement horizontal unique où étudiants, enseignants, doctorants et professionnels se côtoient, échangent et s'investissent pour la réhabilitation des institutions démocratiques et universitaires, pour la sensibilisation des dérives des réseaux et la lutte contre les fake-news. Nous proposons plus de 350 publications par mois à destination de nos 430.000 abonnés, offrant ainsi une réelle alternative aux publications manipulatrices sur les réseaux, ce qui nous a permis d'acquérir une expérience afin de nous adresser, de jeunes à jeunes, aux lycéens en vue de les former.

 

Avec un encadrement de professionnels issus du monde journalistique et académique, nous incarnons une institution reconnue et expérimentée. Nous sommes ainsi parrainés par plus de 30 personnalités académiques, journalistiques, politiques et diplomatiques, sans oublier que nous sommes lauréat du prix de l'innovation dans les médias décerné par l'OIF avec le soutient de France24, RFI et RSF.

phpAwHdzp.jpg
1.png

Notre plan

Une démarche intègre et rigoureuse

Concrètement, nous pouvons mobiliser une équipe de jeunes ayant les compétences de transmettre un savoir utile aux lycéens: il n'a j'amais été aussi difficile de transgresser les frontières générationnelles, c'est pourquoi notre communauté universitaire est un réel atout.

Nous proposons de former des équipes universitaires afin de réaliser une conférence annuelle par lycée sur la menace des fake-news, des dynamiques sur les réseaux sociaux, l'influence des algorithmes, bref, ce qui peut corrompre une information neutre et objective. Certes, toutes les informations ne peuvent l'être, mais il s'agit de pouvoir les discerner et de pouvoir les évaluer à leur juste valeur. Nous souhaitons nous donner les moyens de nos ambitions.

C'est pourquoi, même si nous pouvons fournir les conférenciers, nous aspirons à engager un formateur professionnel issu du monde journalistique en vue d'animer nos ateliers de sensibilisation avec la plus grande maitrise et rigueur. Le formateur encadrera au préalable nos équipes locales en présentiel et à distance, qui iront par la suite en équipe de 3 étudiants universitaires et un accompagnateur (journaliste à la retraite par exemple) dans les lycées.

Un financement participatif

A travers un réseau de sponsors

Avec un encadrement minimal, nous pouvons proposer une portée maximale: un formateur avec une cellule administrative peut faire fleurir avec notre communauté un écosystème d'animateurs et de formateurs ambitieux et pérenne. C'est pourquoi nous recherchons des sponsors et partenaires pouvant garantir un revenu régulier pour subvenir à nos frais mensuels et ainsi initier ce beau projet.

 

Notre approche est la suivante: sachant que trouver un seul mécène généreux est difficile, nous proposons de recueillir des promesses de financement de plusieurs acteurs plus petits, afin de constituer un réseau de partenaires soucieux de l'éducation des jeunes. Une fois notre seuil de pérennité atteint, nous retournerons vers nos partenaires pour initier le plan de financement. Cela permettra de diversifier nos sources de revenus et de procéder ensemble dans la confiance avec la certitude pour tous les partenaires de réaliser notre mission sociale.

Funding-Featured-Image.png